iMAGE : visuel du jour

Bouches-du-Rhône : drogues plus de 9000 amendes chaque année. Les amendes forfaitaires pour usage de drogues sont-elles vraiment dissuasives ? A en constater le bilan des peines pécuniaires, il semblerait que ces dernières ne soient pas vraiment influentes…

Trafics en tous genres

La répression au moyen d’un procès-verbal, même d’un montant de deux cents euros, expérimentée depuis le 16 juillet 2020 dans le département n’a pas paralysé les trafics en tous genres. En effet, avec plus de neuf mille amendes établies sur une durée de an dans les Bouches-du-Rhône, il faut bien constater que la diminution des trafics n’y est pas.

Les trafics ne diminuent pas !

Cette idée de verbaliser les consommateurs revient à Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur. Elle est destinée à être étendue à tout le territoire français, dès septembre prochain. Mais, les trafics ne diminuent pas. Hélas, il existe toujours autant de consommateurs; des consommateurs qui alimentent ces trafics juteux et qui ne semblent pas résignés à se passer de leur drogues !

Démanteler les réseaux connus

Le département du 13 se place à la première position hors préfecture de police de Paris en nombre d’amendes dressées. Et ce, tant part la police que par la gendarmerie, par rapport aux autres départements français. Bien sûr, sanctionner les consommateurs présente un intérêt dans cette lutte. Mais, il serait de bon aloi, aussi, de démanteler les réseaux connus.

LIRE : infopremiere.fr pretre-tue-encore-un-mauvais-point-pour-le-gouvernement

Zèle de circonstance

Ce qui fait dire, à de nombreux Français, que « tout cela est voulu ». En effet, les identités des dealers sont connues de même que celles de leurs intermédiaires. Les nombreux quartiers de Marseille gangrenés par cette criminalité sont, eux aussi, identifiés. Alors, qu’attends t-on, en dehors des périodes électorales où le zèle est de circonstance, histoire de montrer la prise en compte du problème de mettre fin à ces crimes collectifs ?

Les promesses du Premier ministre

Une criminalité désormais étendue à d’autres villes du département du Sud-Est où les trafics se développent malgré les promesses d’y mettre fin du Premier ministre, il y a quelques mois, d’y mettre un coup de balai. Ce qui ne manque pas d’inquiéter l’Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT). « La montée en puissance de cette dynamique de pénalisation financière s’est faite au détriment des mesures à dimension sanitaire individualisées, devenues rares »

LIRE :marseilleopinion.fr scooters-des-mers-jusquou-ira-la-frenesie-rodeos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *