Image : Le sénateur Bruno Gilles

Bruno Gilles, Sénateur des Bouches-du-Rhône, vient d’écrire au président de la République, Emmanuel Macron. Il propose une reconstruction commune.

Communiqué de presse

« J’ai écrit ce jour au Président de la République Emmanuel Macron. » Par cette formulation Bruno Gilles ouvre son communiqué de presse.  Il explicite :  » La situation exceptionnellement grave que le pays traverse ». En effet, ce  contexte  oblige, les élus de la République, à de la responsabilité et de l’unité. Et en l’état actuel de la situation nationale et internationale, le sénateur met en avant l’impossibilité de savoir quand et comment la France sortira de cette crise sanitaire. Déjà se profile déjà à l’horizon une crise économique sans précédent et sans nul doute une crise sociale.

Apaisement et sérénité

Le candidat à la mairie de Marseille appelle ensuite à la reconstruction dans l’union et la fraternité. Car, il est certain que rien ne sera plus comme avant l’avènement de cette catastrophe mondiale. Cependant, aujourd’hui, la vie démocratique doit perdurer. Elle donc à la nécessite de l’apaisement et de la sérénité. Cette sagesse concerne tant les citoyens que les candidats ou les élus. C’est pourquoi, le démissionnaire des L.R. avait déjà manifesté sa volonté de retarder la date de dépôt des listes en vue d’un hypothétique second tour des élections municipales en juin prochain.

Lire aussi :https://www.infopremiere.fr/confinement-contestez-votre-amende-si-vous-avez-un-vrai-motif/

Satisfait de la décision du gouvernement

Bruno Gilles salue  la volonté du gouvernement qui consiste à fixer à une date ultérieure, après l’été, les modalités d’organisation d’un nouveau premier tour de scrutin pour les communes. Le second tour était alors nécessaire, il est aussi important de pouvoir installer, au plus tôt, les conseils municipaux élus dès le 15 mars 2020.

La proposition à Macron

Celui qui est candidat, plus que toujours, propose à Emmanuel Macron de mobiliser les efforts, en 2020 à la reconstruction commune de notre nation. Dans ce sens, il lui paraît :  » plus opportun de reporter les élections municipales en mars 2021, année de renouvellement des assemblées délibérantes d’autres collectivités territoriales : les élections départementales en mars, les élections sénatoriales en septembre et les élections régionales en décembre. « 

Sa solution :

Bruno Gilles pense que, ainsi,  notre pays pourra trouver, dans son intérêt supérieur, une sortie de crise par le haut… … « et une solution démocratique apaisée dans un contexte d’unité républicaine. »

Voir aussi :https://marseilleopinion.fr/marseille-qui-a-interet-a-renverser-la-candidature-de-bruno-gilles/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *