L’application d’une écologie inédite figure en bonne place dans les propositions de Bruno Gilles pour Marseille.

Mais plus encore ! Une manière singulière de réparer les omissions ou la fragilité des autres programmes sur cette question !

Haute considération
Interrogez les Marseillais du 3° secteur sur le bilan de leur candidat à la mairie de Marseille. Aussitôt, se déverse une pluie d’éloges sur sa personnalité. Reconnu pour ses engagements écologistes, Bruno Gilles peut faire bouger Marseille dans une version environnementaliste très remarquée. A côté des hommages très appuyés, il lui faudra le soutien électoral, les 15 et 22 mars prochains. Il donnera l’occasion de vérifier la gratitude de ses alliés. Signe d’un puissant remerciement pour tout ce qu’il à pu faire pour son secteur, et, notamment, pour la condition animale.

De nombreux ralliements
Cet ancien soutient de Jacques Chirac, en 1995, sans identité politique, depuis octobre 2019, se présente d’abord comme un inconditionnel de sa ville. Pour  » SA  » cité phocéenne, il propose un programme incomparable tant pour la population que pour le monde animal et l’environnement. La crédibilité de sa candidature suscite le ralliement de personnalités politiques de différentes tendances. Accompagnements positifs auxquels se joint, depuis le début de sa campagne, le MHAN ( Mouvement Hommes Animaux Nature ). Dans sa personnalité bon nombre éprouve « Beaucoup de reconnaissance pour ses propositions écolo ! »

Alors ce programme ?

Améliorer la qualité de l’air de Marseille, est l’un des principaux objectifs de Bruno Gilles dans son projet participatif. La pollution atmosphérique n’est pas l’apanage de cette ville engorgée par le trafic routier. Les sources de la pollution, multiples, cancérogènes, ( transports, climatiseurs, industries ) sont la cause de nombreuses pathologies irréversibles.  » Préserver l’air, est l’une de mes premières préoccupations, car c’est affaire de tous… » témoigne, en conscience, l’ancien conseiller politique de l’U.M.P.. généreux et visionnaire.

Plan climat air
Derrière l’ambition du sénateur, celle de gagner le siège du maire de Marseille, se traduit la volonté délibérée d’instaurer une dynamique heureuse. Une dynamique appuyée sur un Plan local d’urbanisme intercommunal et un Plan climat air/énergie territorial. Face à la pollution de l’air intérieur, préoccupante, ( fumée de tabac, matériaux de construction et de décoration, produits d’entretien…) ses objectifs sont tout aussi déterminés pour limiter les catastrophes. Par ailleurs, l’aménagement du territoire, destiné à réduire la pollution, s’ouvrirait sur des zones à faibles émissions. Elles seraient réservées aux véhicules les moins polluants.

Ecoles et crèches
Dès son élection à la mairie de Marseille, Bruno Gilles souhaite que la municipalité montre l’exemple avec l’équipement progressif de véhicules peu polluants ( électrique, biogaz, hydrogène… ) En effet, l’utilisation de ce type d’automobiles sera encouragée grâce à l’installation de points de recharge, d’offres d’autopartage et de places de parking privilégiées. Plus encore ? Du côté des établissements scolaires et des crèches, il faudra les équiper de systèmes performants. L’avenir des écoliers intéresse tout particulièrement l’ex-président de la fédération des Bouches-du-Rhône !

Les enfants aussi…
La diffusion de pratiques naturelles trouve une place idéale dans les propositions de Bruno Gilles. Mais, la protection des enfants y figure aussi en première ligne. Pour mieux les encadrer, la circulation autour des écoles et des crèches sera repensée. Une circulation limitée à 30km/h pourrait renforcer la sécurité des lieux. Voilà bien une mesure probante pour inciter les habitants à limiter l’usage de leur voiture. Utiliser les transports en commun, se déplacer davantage à pied ou à vélo, n’est pas dans l’air du temps ? Alors pourquoi pas Marseille ? Oui, l’application d’une écologie inédite figure en bonne place dans les propositions de Bruno Gilles pour Marseille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *