Image : titre de la une

Viol à Marseille : ce que l’on sait de cette sale affaire ! Une jeune fille de 14 ans revient de loin ! Si une policière n’avait pas eu l’idée de la localiser grâce à Snapchat, vraisemblablement on n’aurait jamais pu la retrouver. Que serait-t-elle devenue ?

Lecture : 2 Mn

Examens médicaux

Aujourd’hui hospitalisée, celle que nous appelons Sophie, pour garder son anonymat se souviendra toute sa vie de ces jours affreux qu’elle a vécu entre coups, séquestration et viol dans le 15° arrondissement de Marseille. C’est dans ce bâtiment situé à l’angle du Boulevard Marie-Joseph et de la rue Alexandre qu’elle a connu le pire. Les examens médicaux le confirment. Longtemps, ses nuits resteront peuplées de souvenirs odieux. Probablement, aussi, parce que droguée à son insu, elle à vu s’acharner sur elle deux monstres âgés de 27 et 64 ans pour qui la compassion est un vain mot.

Bien imprudente

Comment est-elle tombée dans ce piège infernal ? Alors, pour démonter le mécanisme de cette sordide affaire, il faut, d’abord, comprendre que la jeune fille découvre tout juste Marseille. Originaire d’Ardèche, en rupture familiale, elle à fugué. La suite, on peut facilement l’imaginer. Lorsque l’on est abandonné « à la rue » à quatorze ans, et que deux « âmes bienveillantes » vous proposent un toit et peut-être de la nourriture, l’on n’y réfléchit pas à deux fois. C’est probablement ce qui a dû se passer pour que Sophie, bien imprudente, se retrouve dans cette situation.

LIRE AUSSI : infopremiere.fr estrosi-parle-encore-dans-le-vide-envers-les-non-vaccines

Paniquée

Si bien que, la voilà enfermée, à la disposition de deux sales types. Ils vont abuser d’elle de la plus ignominieuse façon. Comment pourrait-elle leur réchapper ? Premièrement, elle ignore l’endroit où elle se trouve. Mais, malgré son désarroi, paniquée, la jeune fille a gardé la présence d’esprit de prévenir ses parents. En effet, elle a conservé sur elle son téléphone portable. Son unique chance pour sortir de cet enfer ! Profitant du sommeil de ses deux malfrats elle en profite pour les alerter. Nous sommes vendredi 14, et il est est cinq heures du matin.

Douleurs lourdes


La police informée tente alors de rentrer en contact avec elle. Mais, il est impossible de la localiser. C’est alors qu’une jeune policière a une idée géniale. Elle s’enquiert de savoir si l’adolescente possède l’application Snapchat. Ce réseau est connu des adolescents. Ainsi, grâce à la localisation fournie les policiers vont parvenir à identifier l’immeuble. Reste à trouver l’appartement ! Paralysée par la peur, la jeune fille n’ose pas bouger. Réveiller ses agresseurs lui couterait, peut-être, la vie. D’autant que toutes sortes de douleurs lui parcourent tout le corps.

Il tente d’effacer des éléments de son portable

Par ailleurs, allumer la lumière pour identifier l’étage et l’appartement risquerait de faire capoter l’action en cours d’autant que la jeune fille est terrifiée. C’est par message que l’opération se réalisera. Les policiers parcourant tous les étages, la victime n’aura cas écrire « oui » sur son écran pour repérer le pallier. Il ne restera plus aux forces de l’ordre qu’à frapper à toutes les portes. Lorsqu’ils seront devant a bonne, elle enverra le message prévu à la policière. Finalement l’appartement est repéré. L’un des ravisseurs, tentera, alors, en vain, d’effacer des éléments de son téléphone.

Séquestration et viol

Aussitôt maitrisés, l’un d’eux neutralisé dans son action par les équipes de la Bac, cette fois ils sont pris direction garde à vue. Connus des services de police pour des faits de vols et de recels les deux hommes ont été déférés devant un juge à son issue. Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Marseille au motif des chefs de séquestration et viol sur mineure de quinze ans. Or, si, le placement en détention provisoire a été transmis, les enquêteurs s’interrogent encore sur le déroulement de cette affaire d’autant que les mis en cause nient les accusations de viol. Qui les croirait ?

LIRE  : marseilleopinion.fr prostitution-encore-un-reseau-demantele-a-marseille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *